Archives du mot-clé USA

Les immigrants chinois ont échappé à la crise immobilière américaine

Écrit par SMART PLANET

La crise immobilière américaine a touché les Américains de souche autant que les immigrants. À une seule exception près : les immigrants chinois qui représentent le seul groupe à avoir échappé à la tendance (Fannie Mae/Smart Planet)

La crise immobilière américaine a touché les Américains de souche autant que les immigrants. À une seule exception près : les immigrants chinois qui représentent le seul groupe à avoir échappé à la tendance (Fannie Mae/Smart Planet)

La crise immobilière américaine a touché les Américains de souche autant que les immigrants. À une seule exception près : les immigrants chinois qui représentent le seul groupe à avoir échappé à la tendance, comme l’ont rapporté le Wall Street Journal et le rapport Housing Insight de Fanny Mae.

Le rapport Housing Insights analyse des données de la Communauté d’enquête américaine du Bureau de recensement et se concentre sur les cinq plus grands groupes immigrants américains, qui représentent près de la moitié des citoyens américains nés à l’étranger, comprenant les Mexicains, les Chinois (avec Hong Kong et Taiwan) les Indiens (Asie), les Philippins et les Salvadoriens. Le rapport étudie les taux d’accession à la propriété, la valeur moyenne des maisons et le coût du logement. Ces données sont ensuite comparées à celles des citoyens américains nés aux États-Unis.

Selon ce rapport, les immigrants chinois ont traversé la crise immobilière américaine et en sont sortis indemnes.

Le taux d’accession à la propriété pour les Américains de souche a baissé de 69,2 % en 2007 à 66,7 % en 2011. Quatre des plus grands groupes d’immigrants ont vu décliner ce taux de 54,4 % en 2007 à 51,5 % en 2011. Le taux d’accession à la propriété pour les immigrants chinois est resté pratiquement le même, passant de 60,6 % en 2007 à 60,3 % en 2011.

Les immigrants chinois ont également évité la chute de la valeur moyenne des maisons, subie par les autres groupes d’immigrants et les propriétaires d’origine américaine. La valeur moyenne des maisons pour les Américains de souche est tombée de 8,2 % et de 25,6 % pour les propriétaires immigrés. Ce déclin n’a été que d’1 % pour les immigrants chinois.

Les Américains de souche possèdent des maisons d’une valeur généralement beaucoup plus basse que celles des populations immigrées. La valeur moyenne des maisons des propriétaires immigrés était de 227 100 dollars en 2011 contre 170 100 pour la population native américaine. Les propriétaires chinois avaient la plus haute valeur en 2011 avec 425 600 dollars.

Les immigrants chinois ont également évité la chute de la valeur moyenne des maisons, subie par les autres groupes d'immigrants et les propriétaires d'origine américaine (Bureau de recensement américain, Communauté d'enquête)

Les immigrants chinois ont également évité la chute de la valeur moyenne des maisons, subie par les autres groupes d’immigrants et les propriétaires d’origine américaine (Bureau de recensement américain, Communauté d’enquête)

Avec l’autorisation de Smart Planet

Version anglaise : Chinese Immigrants Dodged the U.S. Housing Bust

14 ans de persécution du Falun Gong par le parti communiste chinois

Jack Andressen, CHINA GAZE

Veillée aux chandelles le 20 juillet 2013 en commémoration de la persécution des pratiquants de Falun Gong (CHINA GAZE)

Veillée aux chandelles le 20 juillet 2013 en commémoration de la persécution des pratiquants de Falun Gong (CHINA GAZE)

En Chine aujourd’hui, s’efforcer de devenir une meilleure personne est souvent perçu comme un crime punissable par les tortures et passable de mort. C’est ce que démontre les 14 années de persécution subies par les pratiquants de Falun Gong sous le joug du parti communiste chinois.

Depuis le 20 juillet 1999, lorsque Jiang Zemin, alors dirigeant du PCC, a lancé la persécution, les pratiquants du Falun Gong ont sans cesse été confrontés à la menace d’être arrêtés, battus, torturés, envoyés dans des camps de travaux forcés et autres lieux de répression, ou encore de voir leurs organes prélevés pour alimenter un trafic illégal générateur de milliards de profits. Tout cela simplement pour avoir respecté les principes universels Authenticité-Bienveillance-Tolérance et s’être efforcés de devenir de meilleures personnes

Mais plutôt que de devenir des victimes, les pratiquants de Falun Gong ont soutenu un mouvement de résistance infatigable contre ce régime politique corrompu qui pense que détruire la dignité et la bonté humaines peut l’aider à maintenir son pouvoir total et son contrôle sur les citoyens chinois.

Bien que le PCC ait fait tout ce qui était en son pouvoir pour détruire le Falun Gong au cours de ces 14 dernières années, il n’a pas réussi. Les principes moraux élevés des pratiquants obtenus en respectant les principes et les enseignements du Falun Gong leur ont donné la force de résister avec dignité et honneur à cette persécution.

Chaque 20 juillet, les pratiquants de Falun Gong du monde entier expriment leur soutien aux pratiquants de Chine continentale et appellent l’humanité à prendre conscience des crimes commis par le Parti communiste chinois.

Voici quelques photos des activités des pratiquants organisées dans le monde entier.

PARIS, 20 juillet - Démonstration des exercices du Falun Gong (CHINA GAZE)

PARIS, 20 juillet – Démonstration des exercices du Falun Gong (CHINA GAZE)

WASHINGTON D.C, 20 juillet -  Défilé pour dénoncer la persécution du Falun Gong en Chine (CHINA GAZE)

WASHINGTON D.C, 20 juillet – Défilé pour dénoncer la persécution du Falun Gong en Chine (CHINA GAZE)

HONG KONG, 20 juillet - Les pratiquants de Falun Gong dénoncent les prélèvements forcés d'organes (CHINA GAZE)

HONG KONG, 20 juillet – Les pratiquants de Falun Gong dénoncent les prélèvements forcés d’organes (CHINA GAZE)

JAPON, 20 juillet – Défilé en mémoire des pratiquants de Falun Gong persécutés à mort (CHINA GAZE)

JAPON, 20 juillet – Défilé en mémoire des pratiquants de Falun Gong persécutés à mort (CHINA GAZE)

Version anglaise : The 14 Year Persecution of Falun Gong by the Communist Party of China (Photos)

Les douanes américaines renvoient des femmes chinoises enceintes vers la Chine

Écrit par CHINA GAZE

Les douanes américaines ont récemment renvoyé des femmes enceintes chinoises vers la Chine alors qu'elles voulaient entrer aux États-Unis. (molly_darling/Flickr)

Les douanes américaines ont récemment renvoyé des femmes enceintes chinoises vers la Chine alors qu’elles voulaient entrer aux États-Unis. (molly_darling/Flickr)

Les douanes américaines ont récemment renvoyé des femmes enceintes chinoises vers la Chine alors qu’elles voulaient entrer aux États-Unis. Bien que la loi américaine sur l’immigration n’interdise pas aux femmes étrangères enceintes d’entrer aux États-Unis, les douanes américaines se concentrent actuellement sur la tendance des femmes étrangères enceintes à venir délibérément donner naissance dans le pays.

L’attitude des services de douanes et de protection des frontières américaines envers les femmes étrangères enceintes est passée de « pas d’interférence » à « imposer un interrogatoire dès qu’une femme est susceptible d’être enceinte. »

Récemment, de nombreuses femmes enceintes possédant un visa touristique n’ont été autorisées à rester que quelques semaines, bien moins longtemps que ce que n’autorisent les visas touristiques habituels. Des femmes enceintes ont également été interrogées et rapatriées le même jour par l’avion suivant.

Le matin du 19 juin, Wu Xiaoyun, une femme enceinte, est arrivée de Pékin à l’aéroport de Seattle et elle a été renvoyée la nuit même. Un agent des douanes chinoises l’a gentiment réconfortée en disant : « Les douanes de Seattle renvoient de nombreuses femmes enceintes chaque jour, vous n’êtes pas un cas isolé. »

Mme Su, une autre femme enceinte qui voyageait avec elle, a également été renvoyée. Deux autres femmes enceintes qui voyageaient dans le même avion ont été conduites dans une petite pièce où elles ont été interrogées.

Selon un agent de Los Angeles, il n'est pas approprié qu'une femme enceinte vienne accoucher aux États-Unis en se présentant comme une touriste, ce qui mobilise des ressources et des médecins dans les hôpitaux. (raebrune/Flickr)

Selon un agent de Los Angeles, il n’est pas approprié qu’une femme enceinte vienne accoucher aux États-Unis en se présentant comme une touriste, ce qui mobilise des ressources et des médecins dans les hôpitaux. (raebrune/Flickr)

L’agent des douanes chinoises leur a aussi raconté qu’ils avaient récemment reçu un avis international demandant d’interroger toutes les femmes étrangères enceintes pour savoir si elles se rendent aux États-Unis avec l’intention de donner naissance. « Surtout pour les femmes qui sont enceintes de plus de cinq mois, il est très difficile d’entrer aux États-Unis maintenant, » a-t-il commenté.

Selon les services de douanes et de protection des frontières de Seattle, les femmes enceintes ont de fortes chances d’êtres interrogées à leur arrivée. Si une femme enceinte arrive aux États-Unis avec l’intention de donner naissance, les autorités américaines ont le droit de la rapatrier.

Un agent des douanes et frontières de Los Angeles a commenté que les chances d’entrée d’une femme enceinte aux États-Unis sont directement liées au terme de sa grossesse. « Plus on se rapproche du terme, plus il existe de chances qu’elle soit interrogée et plus il y a de chances qu’elle soit rapatriée. »

Mais cet agent a refusé de dire comment une femme enceinte est repérée et invitée à être interrogée.

Selon un agent de Los Angeles, il n’est pas approprié qu’une femme enceinte vienne accoucher aux États-Unis en se présentant comme une touriste, ce qui mobilise des ressources et des médecins dans les hôpitaux. « Pourquoi ne peuvent-elles pas accoucher dans leur propre pays ? »

Aux femmes enceintes possédant des espèces et des preuves de revenus entrant aux États-Unis en déclarant qu’elles couvriront elles-mêmes les frais médicaux, les services des douanes et frontières répondent : « Même si elles déclarent pouvoir couvrir les frais, nous ne pouvons pas voir ni contrôler leur comportement une fois qu’elles sont entrées. »

Ni les douanes de Los Angeles ni celles de Seattle n’ont pourtant confirmé l’interdiction d’entrer aux États-Unis pour les femmes étrangères enceintes de plus de cinq mois.

Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/08/u-s-customs-sending-chinese-pregnant-women-back-to-china

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/06/22/501890.html

Un Chinois d’outremer se démarque dans le milieu international des mathématiques

Écrit par CHINA GAZE

Yitang Zhang, un mathématicien chinois d'outremer, enseignant actuellement dans les départements de mathématiques et des statistiques de l'Université du New Hampshire a récemment publié un article sur la conjecture des nombres premiers jumeaux dans les prestigieuses Annales des mathématiques.

Yitang Zhang, un mathématicien chinois d’outremer, enseignant actuellement dans les départements de mathématiques et des statistiques de l’Université du New Hampshire a récemment publié un article sur la conjecture des nombres premiers jumeaux dans les prestigieuses Annales des mathématiques.

Yitang Zhang, un mathématicien chinois d’outremer, enseignant actuellement dans les départements de mathématiques et des statistiques de l’Université du New Hampshire, s’est démarqué dans le milieu international des mathématiques avec la publication récente d’un article sur la conjecture des nombres premiers jumeaux. Grâce à cette avancée sur un problème mathématique ancien, ce mathématicien modeste et peu connu a soudain attiré l’attention des grands médias et a été applaudi comme un génie discret devenu célèbre en peu de temps.

La conjecture des nombres premiers jumeaux

En avril 2013, Yitang Zhang a soumis son article au sujet des « écarts entre les nombres premiers » aux prestigieuses Annales des mathématiques. Cette immense avancée a bouleversé les mathématiciens du monde entier. C’est la première fois qu’une personne prouve l’existence d’une infinité de nombres premiers jumeaux séparés par un seul nombre.

Inspiration lors d’une visite à un ami

Le Dr Zhang étudiait la conjecture des nombres premiers jumeaux depuis quatre ans, mais la solution ne s’est présentée à lui qu’en juillet dernier alors qu’il rendait visite à un ami dans le Colorado.

La preuve amenée par le Dr Zhang est très claire et convaincante et sa découverte est non seulement une avancée incroyable, mais représente aussi une étape importante pour le monde des mathématiques.

Yitang Zhang a repoussé une offre d'un éminent institut de recherches en Chine et a précisé que rentrer en Chine pourrait ne pas être positif pour son travail. (Autorisation de l'Université du New Hampshire)

Yitang Zhang a repoussé une offre d’un éminent institut de recherches en Chine et a précisé que rentrer en Chine pourrait ne pas être positif pour son travail. (Autorisation de l’Université du New Hampshire)

Henryk Iwaniec, un spécialiste américain de la théorie mathématique et aussi l’un des éditeurs du journal britannique Nature a commenté : « Cette preuve est super importante en ce qui concerne tout ce qui se passe dans les mathématiques et la physique mathématique. »

Yitang Zhang a été invité à prononcer un discours à l’Université de Harvard le 13 mai dernier, au cours duquel il a présenté la progression de sa recherche. Son discours a été vivement applaudi par les auditeurs. L’article en ligne du journal britannique Nature qualifiait ses résultats d’étape importante. Entretemps, ses résultats académiques ont fait sensation dans les grandes institutions américaines de recherche et différents instituts lui ont envoyé des invitations successives.

La vie est difficile, mais il n’abandonne jamais

Yitang Zhang est né à Pékin en 1955 et ses ancêtres étaient de Pinghu dans la province du Zhejiang en Chine. En 1978, il a été admis au Département des mathématiques de l’Université de Pékin avec les honneurs et y a décroché sa maîtrise. En 1985, il s’est installé aux États-Unis et a finalisé son doctorat à l’Université de Purdue.

Après avoir terminé son doctorat en 1992, Yitang Zhang ne trouvait pas de travail académique. Pour gagner sa vie, il a enchaîné les emplois divers comme comptable, commis de restaurant, livreur de repas, etc. Tout en errant et en endurant les épreuves, il a persisté dans la recherche des problèmes mathématiques.

En 1999, M. Zhang a finalement trouvé un emploi de professeur enseignant à l’Université du New Hampshire. Quelques années plus tard, il est devenu conférencier de l’université. En plus d’enseigner aux classes de premier cycle, il enseignait également dans le second cycle. Bien que cet emploi soit assez chargé, il a tout de même réussi à trouver du temps pour étudier les problèmes mathématiques qui l’intéressaient.

La raison de son succès : la persévérance

Lorsqu’il doit décrire les raisons de son succès, il répond que le plus important est la persévérance. Quand à ses sentiments face à sa soudaine accession à la célébrité, il mentionne trois choses qui le rendent heureux : «Tout d’abord, je suis heureux d’avoir résolu le problème. Ensuite, je suis heureux de voir que ma découverte a rapidement été reconnue. Enfin, je suis heureux d’avoir pu persévérer dans ce problème. »

Il a ajouté qu’une dernière raison à son succès est qu’il a beaucoup de chance. Il a expliqué qu’il a beaucoup de chance de pouvoir persévérer dans sa passion. «Vous devez y apporter une attention continue toute l’année, » a-t-il insisté.

Cela étant dit, il a refusé une offre d’un prestigieux institut de recherche en Chine et a expliqué : « Je ne rentrerai pas en Chine dans un avenir proche.» Il a ajouté que son principal souci est qu’un retour en Chine pourrait nuire à ses recherches et qu’il pourrait rencontrer de nombreuses interférences. Comme dit le proverbe : « On ne peut pas toujours faire ce que l’on veut. Il faut savoir faire des compromis dans ce monde. » Sans cela, « je ne serais pas qui je suis aujourd’hui, » a-t-il conclu.

Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/07/overseas-chinese-math-expert-makes-splash-in-international-math-circles

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/06/13/500860.html

Gao Gege parle de son père Gao Zhisheng

Écrit par CHINA GAZE

Lorsque Gao Gege était très jeune, elle s'est soudain retrouvée confrontée à une vie misérable imposée par le régime dictatorial du Parti communiste chinois (Photo The Epoch Times)

Lorsque Gao Gege était très jeune, elle s’est soudain retrouvée confrontée à une vie misérable imposée par le régime dictatorial du Parti communiste chinois (Photo The Epoch Times)

Lorsque Gao Gege était très jeune, elle s’est soudain retrouvée confrontée à une vie misérable imposée par le régime dictatorial du Parti communiste chinois. Tout cela parce que son père Gao Zhisheng avait critiqué les atrocités commises par ce régime. Gao Gege, son jeune frère Gao Tianyu et leur mère Geng He ont été forcés de fuir la Chine et ont rejoint la communauté chinoise aux États-Unis. Aujourd’hui, Gao Gege étudie aux États-Unis, tandis que son père est toujours incarcéré dans une prison chinoise.

Gao Zhisheng, un avocat ayant consacré sa carrière à défendre les droits des opprimés, a adressé une lettre aux dirigeants chinois en 2005. Dans cette lettre, il s’est exprimé franchement en critiquant la persécution brutale menée par le régime envers la pratique spirituelle du Falun Gong et en demandant la fin de telles atrocités. Il a plus tard été kidnappé et torturé par les responsables du PCC. À l’heure actuelle, il est toujours retenu dans une prison éloignée dans le canton de Shaya, province chinoise du Xinjiang.

Depuis l’âge de 12 ans, Gao Gege a vécu avec son frère et sa mère sous la surveillance, les harcèlements et les intimidations des agents de la sécurité nationale chinoise. Depuis leur fuite aux États-Unis, Gao Gege a rejoint les jeunes exilés politiques qui forment la seconde génération de dissidents chinois après le massacre de la Place Tiananmen le 4 juin 1989.

Gao Gege a confié aux journalistes  : «  Mon père disait que lorsque les gens agissent, ils font les choses selon leur cœur. Mon père n’a jamais rien fait dans le but de recevoir des compliments. Il accomplissait ce qu’il pensait devoir être fait et il sentait que c’était ce qu’il devait faire, parce qu’il pensait que c’était une question de justice. Quelqu’un devait le faire et il l’a fait. Et je pense qu’il a raison.»

La jeune femme a aussi exprimé combien son père lui manque. Elle a dit  : «  Mon père me manque tellement que j’envie parfois ces filles qui vivent avec leur père et qui peuvent avoir leur attention chaque jour. La seule chose que je puisse faire, c’est trouver la force à l’intérieur de moi.  »

À l’occasion du 24e anniversaire du Massacre de la Place Tiananmen, les ressortissants chinois se sont rassemblés à San Francisco. Gao Gege et plusieurs autres jeunes exilés politiques chinois ont organisé un concert lors de ce rassemblement. Gao Gege a récité un poème intitulé «  Le fils  » composé par l’écrivain emprisonné Li Bifeng. Elle a également joué un morceau de flûte intitulé «  Envoyer des salutations de loin  ». La jeune femme a confié que c’était le morceau favori de son père. Elle l’a dédicacé à tous les militants pro-démocratie et les défenseurs des droits de l’homme en Chine. Elle a souhaité que son père puisse l’entendre jouer. Elle pensait que s’il pouvait entendre ce morceau, il saurait que c’est un signe de soutien adressé de la part de sa fille.

La famille Gao lors de leurs jours heureux en Chine. Gao Gege, son jeune frère Gao Tianyu et leur mère Geng He ont été forcés de fuir la Chine. Ils vivent aujourd'hui en Chine tandis que Gao Zhisheng (deuxième en partant de la droite) est toujours emprisonné en Chine dans un lieu inconnu. (Photo NTD)

La famille Gao lors de leurs jours heureux en Chine. Gao Gege, son jeune frère Gao Tianyu et leur mère Geng He ont été forcés de fuir la Chine. Ils vivent aujourd’hui en Chine tandis que Gao Zhisheng (deuxième en partant de la droite) est toujours emprisonné en Chine dans un lieu inconnu. (Photo NTD)

Version anglaise  : http://www.chinagaze.com/2013/07/02/geng-gege-now-an-overseas-chinese-talks-about-gao-zhisheng/
Version chinoise  : http://www.secretchina.com/news/13/06/14/500897.html