Archives du mot-clé chine antique

Les tambours de guerre chinois

Aujourd'hui, ces tambours de guerre sont devenus des instruments de l'art folklorique. Leur puissante force de résonance continue d'éveiller les esprits héroïques (Autorisation de Shen Yun Performing Arts)

Aujourd’hui, ces tambours de guerre sont devenus des instruments de l’art folklorique. Leur puissante force de résonance continue d’éveiller les esprits héroïques (Autorisation de Shen Yun Performing Arts)

Les tambours de guerre chinois, autrefois utilisés sur les champs de bataille, étaient employés pour diriger et encourager les armées. Différents rythmes dirigeaient les soldats en différentes formations, avec un rythme d’attaque, un rythme de retraite,…

Aujourd’hui, ces tambours de guerre sont devenus des instruments de l’art folklorique. Leur puissante force de résonance continue d’éveiller les esprits héroïques. Ces tambours chinois sont caractérisés par des rythlmes francs et une dynamique clairement définie. Ils sont utilisés principalement pour exprimer l’esprit du peuple chinois.

Version anglaise : Chinese War Drums

Article original : http://fr.shenyun.com/learn/article/read/item/Dxecz_LHBms/level-one/iRMh_D7SX58/level-two/ZueaiKa2IR0

Publicités

La pivoine dans la peinture chinoise

CHINA GAZE

« Pivoine », Yun Shouping, Dynastie Qing

« Pivoine », Yun Shouping, Dynastie Qing

La pivoine, aussi appelée reine des fleurs a longtemps été considérée dans la culture chinoise comme un symbole de richesse, de chance, de bonheur et de prospérité. C’est un thème récurrent de la peinture chinoise. Les pivoines sont non seulement belles, elle dégagent aussi un fort parfum. Pour ces raisons, les pivoines étaient souvent décrites par les artistes chinois.

La première peinture de pivoine semble avoir été réalisée par Yang Zihua de la Dynastie Qing du nord. À l’époque moderne, les maîtres de la peinture utilisent un style plus concis, comme Qi Baishi, qui a peint des pivoines remplies de vitalité en quelques coups de brosse.

« Pivoines et colombes », Chen Zhifo

« Pivoines et colombes », Chen Zhifo

« De belles fleurs en floraison », Qi Baishi

« De belles fleurs en floraison », Qi Baishi

« Pivoine », Zhao Zhiqian, Dynastie Qing

« Pivoine », Zhao Zhiqian, Dynastie Qing

« Prospérité et longévité », Qi Baishi

« Prospérité et longévité », Qi Baishi

« Pivoine et pies », Wang Li, Dynastie Qing

« Pivoine et pies », Wang Li, Dynastie Qing

« Pivoine », Huang Shanshou

« Pivoine », Huang Shanshou

« Pivoine blanche », Zhang Daqian

« Pivoine blanche », Zhang Daqian

Version anglaise : The peony in Chinese painting

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/08/03/16/236194.html

L’art de lire la destinée sur les visages

Écrit par CHINA GAZE

Des lèvres ayant une belle forme sont un signe de dignité, de pureté, d'honnêteté, de beauté, d'élégance et de charme. Ci-dessus : Anastatia Lin, actrice, modèle et représentante pour les droits de l'homme (Avec l'autorisation d'Anastasia Lin / www.anastasialin.net)

Des lèvres ayant une belle forme sont un signe de dignité, de pureté, d’honnêteté, de beauté, d’élégance et de charme. Ci-dessus : Anastatia Lin, actrice, modèle et représentante pour les droits de l’homme (Avec l’autorisation d’Anastasia Lin / http://www.anastasialin.net)

Ce que votre apparence dit de votre destin

L’art de lire sur les visages, aussi appelé physiognomonie, a une histoire de plusieurs milliers d’années en Chine. Dans la Chine ancienne, on disait : « Pour savoir si une personne est sage, il faut regarder son front. Si vous souhaitez connaître sa réputation, sa noblesse, sa richesse, sa chance et sa longévité, il faut regarder les sourcils, les yeux, le nez, la bouche, les oreilles et la mâchoire. »

Cela se vérifie également d’un point de vue psychologique. Un expression dit : « L’évolution d’une situation suit la détermination du cœur. » La détermination désigne la confiance en soi. Une personne confiante peut garder un bon état d’esprit et peut accomplir les choses de façon plus positive, de sorte que ses efforts sont plus facilement reconnus par les autres et que les choses se déroulent plus facilement.

Le front

La forme du front détermine la sagesse, un front large est plus favorable.

Un front lisse et large est considéré comme un symbole de beauté et de sagesse. Presque toutes les icônes de beauté ont un front large. On observe également que les célébrités, les hommes d’affaires qui ont réussi, les rois et les membres des familles royales ont le front le front large, montrant que ces personnes sont bénies.

En plus de la forme du front, la ligne de naissance des cheveux est également significative. Une implantation basse représente une personne lente en pensée et en action.

Les yeux

Les yeux sont les fenêtres de l’âme. Ils révèlent le niveau de sagesse et de noblesse, les qualités de leader et la vitalité d’une personne.

La taille, la position, la forme et l’expression des yeux reflètent la personnalité d’une personne ainsi que les événements et les épreuves que cette personne rencontrera à l’avenir, comme sa carrière, la célébrité, la richesse, l’amour, le mariage et ainsi de suite.

Les yeux paraissant plus petits sont considérés moins beaux car ils peuvent moins bien exprimer les émotions.

Les yeux sont les fenêtres de l'âme. Ils révèlent le niveau de sagesse et de noblesse, les qualités de leader et la vitalité d'une personne. (Avec l'autorisation d'Anastasia Lin / www.anastasialin.net)

Les yeux sont les fenêtres de l’âme. Ils révèlent le niveau de sagesse et de noblesse, les qualités de leader et la vitalité d’une personne. (Avec l’autorisation d’Anastasia Lin / http://www.anastasialin.net)

Le nez

Le nez prédit la richesse d’une personne. Plus un nez est droit, plus il est considéré comme esthétiquement beau.

Le nez représente la richesse : « Une personne au grand nez a plus de chance de devenir un officier. Un nez haut et droit avec un bout bien en chair peut conduire un homme à une carrière fructueuse de responsable et une femme à la richesse. Une personne au nez cassé ne pourra pas être riche, une personne au nez épaté aura des difficultés à trouver de l’argent. »

La mâchoire

La longévité d’une personne est révélée par la forme du menton. Un menton arrondi est un signe de bénédiction.

Selon le dicton traditionnel : « une personne avec un bon menton est bénie, il rencontrera la chance dans ses années de maturité. » Une femme avec un bon menton et de bonnes joues fera une bonne femme au foyer, elle considérera toujours son époux et ses enfants en premier.

Les oreilles

Les oreilles épaisses apportent la chance.

De grands lobes d’oreilles arrondis apporteront la chance et la fortune. Selon la tradition, les Bouddhas ont des oreilles arrondies et pendantes.

Selon les études en physiognomonie, une personne avec des lobes d’oreilles épais s’attirera beaucoup de chance en richesse et en amitié. Une femme avec des lobes d’oreilles grands et doux est considérée comme généreuse et attentive, surtout envers son mari et ses enfants. Elle est bénie de ses parents, est très populaire parmi ses amies et représente la meilleure candidate pour un homme cherchant la femme idéale.

La bouche

Les revenus d’une personne se lisent sur sa bouche, les lèvres plus charnues sont favorisées.

La forme des lèvres révèle l’étendue du désir d’une personne, ainsi que sa tolérance. Des lèvres ayant une belle forme sont un signe de dignité, de pureté, d’honnêteté, de beauté, d’élégance et de charme.

Les anciens pensaient que les femmes ayant des lèvres fines n’avaient pas de cœur et aimaient les ragots. Marier une femme aux lèvres fines pouvait apporter la mauvaise chance à un homme.

De grands lobes d'oreilles arrondis apporteront la chance et la fortune. Selon la tradition, les Bouddhas ont des oreilles arrondies et pendantes. (iriskh/Flickr)

De grands lobes d’oreilles arrondis apporteront la chance et la fortune. Selon la tradition, les Bouddhas ont des oreilles arrondies et pendantes. (iriskh/Flickr)

Version anglaise : The Ancient Art of Chinese Face Reading

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/07/05/503520.html

La soie, l’une des plus anciennes inventions chinoises

Écrit par Aizhu Lu, CHINA GAZE

De toutes les inventions chinoises, la soie (絲) est peut-être la plus ancienne. Des traces de tissus de soie ont été trouvés parmi des vestiges datant de 1300 avant notre ère. Ci-dessus, métier à tisser Tian Gong Kai Wu

De toutes les inventions chinoises, la soie (絲) est peut-être la plus ancienne. Des traces de tissus de soie ont été trouvés parmi des vestiges datant de 1300 avant notre ère. Ci-dessus, métier à tisser Tian Gong Kai Wu

De toutes les inventions chinoises, la soie () est peut-être la plus ancienne. Des traces de tissus de soie ont été trouvés parmi des vestiges datant de 1300 avant notre ère. L’utilisation de la soie en Chine remonte peut-être bien au-delà de cette période. Il est dit que jusqu’au 2e Siècle avant notre ère, la soie était connue uniquement en Chine. Une encyclopédie chinoise datant du 16e Siècle, compilée par le cosmologue Song Yingxing (宋應星), décrit les anciennes technologies chinoises. Dans le 7e volume de cette encyclopédie, un article illustré présente la soie comme une invention caractérisant bien le mode de vie des Chinois.

Comment l’Orient et l’Occident ont-ils établi leurs échanges commerciaux ?

Au cours du 2e siècle, des événements ont joué un rôle d’importance similaire pour l’Orient et l’Occident. Des tribus de fiers nomades appelés Xiongnu (匈奴) attaquaient constamment l’Empire chinois, avant que la Chine ne les repousse vers l’ouest. (Ces tribus pourraient être les Huns qui ont plus tard envahi l’Europe.) En 138 avant notre ère, dans le but de mettre fin à ce conflit, l’Empereur chinois envoya une mission diplomatique conduite par Zhang Qian (張騫). Cette mission traversa les déserts d’Asie centrale pour demander une alliance à une tribu amie afin de défaire les Xiongnu. Mais peu après avoir quitté la Chine, Zhang Qian et ses hommes furent capturés par ces mêmes Xiongnu et jetés en prison.

Ce n’est que 12 ans plus tard que Zhang Qian parvint à rentrer dans la capitale chinoise. Bien que cette mission se soit soldée par un échec, cette expérience donna aux Chinois une première connaissance précise de l’étendue de l’Asie centrale. Grâce à cette expérience, des années plus tard, la Chine lança une série de campagnes militaires visant à briser le pouvoir des Xiongnu et plaça l’Asie centrale sous sa domination. Dans tous les déserts d’Asie centrale, les victoires chinoises permirent d’établir de nombreux comptoirs. Bien avant la naissance de Jésus-Christ, ces garnisons devinrent l’ébauche d’une route de commerce reliant la Chine à l’Occident. La Route de la Soie était née. Celle-ci traversait le Turkmenistan (土庫曼) et la Perse (波斯) avant d’atteindre les rives de la Mer Méditerranée 地中海. De là, des navires poursuivaient la route vers Rome (羅馬). Rome et la Chine, les deux empires les plus puissants au Monde, étaient ainsi reliés par le commerce.

La Route de la Soie traversait le Turkmenistan et la Perse avant d'atteindre les rives de la Mer Méditerranée  地中海 (NASA/Goddard Space Flight Center/Wikipedia)

La Route de la Soie traversait le Turkmenistan et la Perse avant d’atteindre les rives de la Mer Méditerranée 地中海 (NASA/Goddard Space Flight Center/Wikipedia)

La Route de la Soie

Le produit le plus important à être acheminé de la Chine vers Rome par cette voie était la soie. En raison de sa grande valeur et de son poids léger, la soie était le produit idéal pour les caravanes entreprenant ce long voyage. De plus en plus de soie était transportée sur cette route, elle fut donc baptisée la Route de la Soie (絲路).

En échange de la soie, l’Empire romain envoyait à la Chine des pierres précieuses, de la laine et du verre. Mais aucun de ces produits ne pouvait être comparé en valeur à la soie. Tissé dans une gaze semi-transparente, la soie est rapidement devenu à la mode parmi les dames romaines. (cfr Les dons de la Chine à l’Occident, 1942, Derk Bodde de l’Université de Pennsylvanie)

Après la chute de l’empire romain en 476 de notre ère, le commerce de la soie se poursuivit avec Byzance (Constantinople), le centre de la civilisation européenne au Moyen Âge. À cette époque, les Européens n’avaient pas d’idée précise de la façon dont la soie était produite. Au milieu du 6e siècle, l’Empereur byzantin envoya quelques moines vers l’Est pour apprendre les secrets de la confection de la soie. Ils rapportèrent avec eux de précieux œufs de vers à soie. De ces œufs naquirent l’innombrable descendance des vers à soie qui se sont depuis répandus dans toute l’Europe. Aujourd’hui, la majeure partie de la soie européenne est fabriquée en France et en Italie.

C’est ainsi que la soie a été transmise de l’Est vers l’Ouest. Aujourd’hui, des imitations artificielles et synthétiques remplacent le tissu naturel. Est-ce encore une avancée de l’humanité ? Ou un recul. La réponse se trouve peut-être dans les enseignements de Lao Zi (老子)

人法地 L’homme suit la Terre

地法天 La Terre suit le Ciel

天法道 Le Ciel suit la Voie

道法自然 La Voie suit ce qui est naturel

Au milieu du 6e siècle, l'Empereur byzantin envoya quelques moines vers l'Est pour apprendre les secrets de la confection de la soie. Ils rapportèrent avec eux de précieux œufs de vers à soie (Wikipedia)

Au milieu du 6e siècle, l’Empereur byzantin envoya quelques moines vers l’Est pour apprendre les secrets de la confection de la soie. Ils rapportèrent avec eux de précieux œufs de vers à soie (Wikipedia)

Version anglaise : Chinese Silk, One of the Oldest Chinese Inventions

Expressions populaires chinoises : L’eau renversée ne peut plus être ramassée

Écrit par CHINA GAZE

« L'eau renversée ne peut plus être ramassée » (覆水難收) signifie que la relation entre un homme et une femme a atteint un point de non-retour (Sarah Korf-Flickr)

« L’eau renversée ne peut plus être ramassée » (覆水難收) signifie que la relation entre un homme et une femme a atteint un point de non-retour (Sarah Korf-Flickr)

Les expressions chinoises et leur histoire

Au cours des 5000 ans de culture traditionnelle chinoise, les expressions chinoises se remarquent comme des perles brillantes dans le trésor de la langue chinoise et des phrases populaires. Elles sont concises, vivantes, expressives et représentent la richesse des cultures ethniques associée à de nombreux faits historiques. La formation de chaque expression reflète des vérités historiques à l’image de la politique, de l’armée, de la culture, des coutumes folkloriques, de la morale et des idées de la Chine. Ces expressions nous aident à mieux comprendre la longue histoire de la Chine, sa sagesse inégalée et sa langue intemporelle.

覆水難收

 

(fu) – renverser (shui) – eau (nan) – difficile (shou) – ramasser

Zhu Maichen était un jeune homme très studieux et il ne savait rien faire d’autre qu’étudier toute la journée. Comme son cœur était dans les livres, il ne sortait pas pour trouver un meilleur moyen de gagner sa vie. Lui et son épouse vivaient donc pauvrement. La nuit, il ne pouvait pas se permettre d’allumer une lampe à huile et il devait utiliser des branches de pin huileuses pour éclairer ses lectures.

« Notre relation est comme l'eau renversée, on ne peut plus la récupérer, » dit Zhu Maichen à son ex-épouse après leur divorce. (☺ Lee J Haywood/Flickr)

« Notre relation est comme l’eau renversée, on ne peut plus la récupérer, » dit Zhu Maichen à son ex-épouse après leur divorce. (☺ Lee J Haywood/Flickr)

De telles épreuves étaient insupportables pour son épouse. Un jour, elle supplia en pleurant son mari d’accepter le divorce. Zhu Maichen répondit : « Nous sommes pauvres maintenant, mais un jour je passerai l’examen et je deviendrai un responsable de haut rang. Nous serons riches et prospères pour le reste de notre vie. »

Mais son épouse insista pour partir. Zhu Maichen fit de son mieux pour la persuader, mais en vain. Il la laissa donc partir.

Quelques années plus tard, Zhu Maichen finit par devenir préfet. Son retour dans sa ville natale après l’examen fut un si grand événement que le magistrat demanda à ses gens de nettoyer les rues pour l’accueillir. Ce jour-là, son ex-épouse était aussi dans la foule. Elle lui dit : « Je suis ton épouse, mais me reconnais-tu ? Je sais que j’ai eu tort autrefois. Me pardonneras-tu ? »

Lorsqu’elle vit Zhu Maichen portant la robe et le chapeau d’un responsable, elle fut éblouie par son apparence majestueuse. Elle ne put s’empêcher de lui demander de la reprendre. Zhu Maichen demanda à son intendant d’apporter un seau d’eau et de le verser sur le sol. Zhu Maichen dit ensuite à son ex-épouse : « Notre relation est comme l’eau renversée, on ne peut plus la récupérer. »

Ainsi généralement « L’eau renversée ne peut plus être ramassée » signifie que la relation entre un homme et une femme a atteint un point de non-retour.

Version anglaise : Popular Chinese Phrases: Uncollectable Spilled Water

Des inventions chinoises très en avance sur leur temps

Écrit par CHINA GAZE

Les navires de guerre ou de transports étaient la clé de tout empire dans la Chine antique en raison des nombreuses rivières et autres voies d'eau. La plupart des navires de guerre mesuraient plus de 90 mètres de long sur 22 mètres de large. (Wikipedia)

Les navires de guerre ou de transports étaient la clé de tout empire dans la Chine antique en raison des nombreuses rivières et autres voies d’eau. La plupart des navires de guerre mesuraient plus de 90 mètres de long sur 22 mètres de large. (Wikipedia)

Les anciens Chinois ont sans conteste été les ingénieurs les plus sophistiqués de l’histoire comme le montre la grande variété des inventions de la Chine antique. Les anciens Chinois ont par exemple utilisé le chrome sur leurs épées dès la Dynastie Qin en 300 avant notre ère. Ils ont aussi été les premiers à construire une torpille ainsi qu’une forteresse flottante propulsée par des hélices. Ils ont également inventé le tuba de plongée et les mines aquatiques. Voyons ici quelques-unes de ces inventions.

Le chrome

Le chrome aurait été découvert par Peter Simon Pallas au 18ème siècle, mais des archéologues en Chine ont découvert des armes couvertes de ce métal argenté dans une fosse mortuaire datant de la Dynastie Qin il y a plus de 2 000 ans. Les soldats de l’époque couvraient ainsi leurs têtes de flèches et leurs épées parfois longues de 3 mètres. Les têtes de flèches fabriquées de façon non conventionnelles avaient 4 côté, ce qui prouvent que les Chinois avaient déjà des connaissances en aérodynamique et pouvaient rendre leurs flèches très efficaces. La plupart des armes chinoises de l’époque étaient couvertes de chrome, tout comme les chars et les épées des soldats de terre cuite découverts dans la tombe du premier empereur.

Les constructions navales

Les navires de guerre ou de transports étaient la clé de tout empire dans la Chine antique en raison des nombreuses rivières et autres voies d’eau. La plupart des navires de guerre mesuraient plus de 90 mètres de long sur 22 mètres de large. Ces vaisseaux étaient si énormes et si bien construit qu’il serait imaginable que les Chinois anciens aient facilement navigué jusqu’en Amérique, ce qui appuierait la thèse de certains chercheurs selon laquelle l’ADN des Indiens d’Amérique serait chinois.

Le plus grand bateau de l’Antiquité chinoise était une véritable forteresse flottante de près de 550 mètres de long et de 270 mètres de large. Ce navire était un véritable fort ambulant. Il s’approchait d’un navire ou d’un palais, l’abordait et les 2 000 soldats à son bord pouvaient écraser l’ennemi. Au centre du navire se trouvait une structure à quatre faces vitrées contenant les archers qui pouvaient arroser l’ennemi de leurs flèches tout en étant protégés. Différent des autres bateaux de l’époque généralement qui utilisaient des rames, certains bateaux chinois étaient propulsés avec des hélices. L’hélice était motorisée par un système de pédales, invisible de l’extérieur de sorte que l’ennemi pensait que le bateau était mû par des « esprits », ce qui apportait encore un avantage psychologique à l’assaillant.

Tuba, mines aquatiques et torpilles

Les anciens Chinois devaient trouver le moyen de conquérir l’eau et leurs recherches ont abouti à des inventions qui ont marqué l’histoire de l’humanité. Le tuba est l’élément essentiel de toutes les technologies sous-marines modernes. Les Chinois utilisaient un tuba pour attaquer les navires ennemis la nuit. Cet instrument respiratoire n’était effectif qu’au-dessus de trois mètres de profondeur, les assaillants devaient donc se camoufler avec des herbes et autres matériaux. Les tubas aidaient également les plongeurs à déployer les mines marines.

Avec la poudre à canon, une autre invention chinoise, les Chinois ont créé des engins explosifs flottant sur l’eau. Lorsqu’ils avaient repéré un navire ennemi, des plongeurs allumaient une mèche protégée dans un pot rempli de poudre à canon. Ces mines étaient très performantes pour couler les bateaux.

L’invention la plus incroyable reste sans doute la torpille. Les torpilles chinoises étaient tirées dans l’eau comme des fusées, avec une mèche et de la poudre à canon et naviguaient vers leur cible. Ces torpilles étaient également un moyen sûr de couler les navires.

Les anciens Chinois avaient de grands esprits et pouvaient en tirer grand avantage. Notre monde moderne leur doit encore beaucoup pour toutes ces inventions.

Les torpilles chinoises étaient tirées comme des fusées dans l'eau à partir du navire, avec une mèche et de la poudre à canon et naviguaient vers leur cible (NASA/Wikipedia)

Les torpilles chinoises étaient tirées comme des fusées dans l’eau à partir du navire, avec une mèche et de la poudre à canon et naviguaient vers leur cible (NASA/Wikipedia)

Selon la philosophie chinoise, le destin d’une personne est déterminé par les cieux

CHINA GAZE

L'un dit à l'autre : « Nous devons bien servir ce vieil homme, car c'est lui qui déterminera notre avenir. » L'autre répondit : « Non, ce n'est pas lui qui décide de notre avenir, ce sont les divinités.» (edwin.11/Flickr)

L’un dit à l’autre : « Nous devons bien servir ce vieil homme, car c’est lui qui déterminera notre avenir. » L’autre répondit : « Non, ce n’est pas lui qui décide de notre avenir, ce sont les divinités.» (edwin.11/Flickr)

L’histoire d’un célèbre politicien de la Dynastie Tang

De nombreuses histoires du passé de la Chine reflètent directement sa philosophie. En voici une.

Une nuit, Wei Zheng, un célèbre politicien de la Dynastie Tang, entendit au loin deux de ses serviteurs débattre entre eux. L’un disait à l’autre : « Nous devons bien servir ce vieil homme, car c’est lui qui déterminera notre avenir. » L’autre répondait : « Non, ce n’est pas lui qui décide de notre avenir, ce sont les divinités.»

Les deux n’arrivant pas à se convaincre l’un l’autre, Wei Zheng demanda au serviteur qui avait dit que son destin serait déterminé par son Maître d’entrer. Il lui demanda d’aller transmettre une lettre au gouverneur local. Personne, à l’exception de Wei Zheng, ne savait que dans cette lettre il était écrit : « Veuillez accorder une promotion à ce messager. »

Mais l’homme à qui Wei Zheng avait demandé de porter le message fut pris d’une soudaine crise cardiaque et ne put plus se relever. L’autre serviteur délivra donc la missive à sa place.

Wei Zheng fut très surpris de découvrir qu’en dépit de son plan, c’est le serviteur qui avait dit que le destin est déterminé par les divinités qui obtint la promotion.

Wei Zheng fut très surpris de découvrir qu'en dépit de son plan, c'est le serviteur qui avait dit que le destin est déterminé par les divinités qui obtint la promotion. (scjody/Flickr)

Wei Zheng fut très surpris de découvrir qu’en dépit de son plan, c’est le serviteur qui avait dit que le destin est déterminé par les divinités qui obtint la promotion. (scjody/Flickr)

Version anglaise : In Chinese Philosophy, a Person’s Fate is Decided by Heaven