Archives pour la catégorie Santé

Herbes médicinales chinoises : la berberine, l’essence du Fil d’or

Écrit par CHINA GAZE

L'élément actif dans la berberine est le chlorhydrate de berberine, issu du coptide chinois, fil d'or ou Huang Lian. En Chine, la berberine est appelée « Essence du fil d'or »

L’élément actif dans la berberine est le chlorhydrate de berberine, issu du coptide chinois, fil d’or ou Huang Lian. En Chine, la berberine est appelée « Essence du fil d’or »

Avant d’entreprendre de longs voyages, les Chinois ont l’habitude de rassembler quelques herbes médicinales en pilules pour les petites urgences médicales.

Beaucoup de patients se rendent dans une clinique pour acheter ces herbes médicinales. La berberine est l’un des plus populaires médicaments d’urgence pour le voyage, surtout pour le Mexique et l’Asie du Sud-est en raison de ses effets rapides en réactions aux affections propres à ces régions.

Les plantes contenant de la berberine (黄连 huanglian en chinois) sont utilisées dans presque tous les systèmes de médecine traditionnelle. Son utilisation dans la médecine chinoise remonte à au moins 3 000 ans. La berberine a démontré une activité anti-microbienne contre les bactéries, les champignons, les protozoaires, les virus, les helminthes et les chlamydias. La berberine est le plus souvent utilisé pour combattre des maladies comme la diarrhée bactérienne, les parasites intestinaux et les infections oculaires comme le trachome.

Un des voyageurs de son groupe avait avec lui des pilules de berberine. Il en donna quelques-unes à l'Américain. En moins de deux heures, les symptômes disparurent et la dysenterie fut guérie (4nitsirk/Flickr)

Un des voyageurs de son groupe avait avec lui des pilules de berberine. Il en donna quelques-unes à l’Américain. En moins de deux heures, les symptômes disparurent et la dysenterie fut guérie (4nitsirk/Flickr)

Voici une histoire amusante traitant de la berberine. Un Américain en voyage en Asie du Sud-est se montrait très prudent envers tout ce qu’il mangeait et buvait. Il se brossait les dents avec de l’eau en bouteille et était très attentif à la nourriture. Il ne mangeait rien qui ne soit pas suffisamment cuit. Au bout d’une semaine, il n’était pas tombé malade et il était très content de lui. Son attitude prudente l’avait aidé à rester en bonne santé. Un après-midi cependant, il eût soif et se fit apporter un Coca-Cola par les services de l’hôtel. Il pensa que le Coca Cola ne lui causerait aucun tort après avoir été expédié des États-Unis dans sa canette d’aluminium. Il en but un grand verre. En moins de dix minutes, l’estomac commença à le faire souffrir et peu après il se mit à vomir et à être pris de crises de diarrhée. Son état semblait plutôt préoccupant, mais il n’arrivait pas à comprendre comment cela pouvait lui arriver. Ce sont en fait les glaçons dans le Coca-Cola, préparés avec l’eau du robinet, qui lui avaient causé ce mal.

Un des voyageurs de son groupe avait avec lui des pilules de berberine. Il en donna quelques-unes à l’Américain. En moins de deux heures, les symptômes disparurent et la dysenterie fut guérie. L’Américain en fût extrêmement reconnaissant. Il dit qu’il s’assurerait de faire l’acquisition de ces pilules de médecines chinoises avant son prochain voyage.

Le coptide chinois, fil d’or ou Huang Lian

L’élément actif dans la berberine est le chlorhydrate de berberine, issu du coptide chinois, fil d’or ou Huang Lian. En Chine, la berberine est appelée « Essence du fil d’or »

Qu’est-ce que le coptide chinois ? Selon les Annales du canton de Emei, il est dit que le coptide chinois pousse dans les régions montagneuses difficiles d’accès. Les cueilleurs doivent s’assurer avec des cordes attachées autour de la taille avant de gravir les rochers pour collecter la plante. Mais cette dangereuse quête au coptide chinois est souvent infructueuse. De nombreuses espèces de coptides poussent dans les provinces du Sichuan, du Shanxi, du Yunnan et du Guizhou. Mais le coptide chinois qui pousse sur le Mont Emei est le plus recherché. Il semble être de meilleure qualité, mais aussi le plus difficile à trouver.

Le coptide chinois appartient à la famille des renoncules et a longtemps été utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise. Shen Nong introduit le coptide chinois dans son Materia Medica, un traité pharmaceutique listant tous les animaux, végétaux et autres substances présentant une supposée valeur dans la médecine traditionnelle chinoise.

Les herbes chinoises peuvent être classées en de nombreuses catégories selon leur nature et leurs similitudes. Une herbe peut ainsi avoir différents usages médicinaux. Les pouvoirs d’une herbe peuvent être pleinement utilisés lorsqu’elle est alliée à d’autres herbe. Le coptide chinois, associé avec différentes espèces d’herbes, peut soigner différentes maladies. Par exemple, le coptide chinois, combiné à la plante suie, peut soigner la diarrhée aigüe, combiné au rhizome du souchet, il peut soigner diverses maladies causées par la stagnation du qi, combiné aux feuilles de perilla, il peut soigner les maladies liées à l’augmentation d’humidité interne, les dissonances entre les poumons et l’estomac, la nausée et les vomissements, combiné aux feuilles de bambou, il peut soigner les brûlures de cœur et de poitrine et l’insomnie.

Shen Nong introduit le coptide chinois dans son Materia Medica, un traité pharmaceutique listant tous les animaux, végétaux et autres substances présentant une supposée valeur dans la médecine traditionnelle chinoise.

Shen Nong introduit le coptide chinois dans son Materia Medica, un traité pharmaceutique listant tous les animaux, végétaux et autres substances présentant une supposée valeur dans la médecine traditionnelle chinoise.