Archives pour la catégorie Politique

14 ans de persécution du Falun Gong par le parti communiste chinois

Jack Andressen, CHINA GAZE

Veillée aux chandelles le 20 juillet 2013 en commémoration de la persécution des pratiquants de Falun Gong (CHINA GAZE)

Veillée aux chandelles le 20 juillet 2013 en commémoration de la persécution des pratiquants de Falun Gong (CHINA GAZE)

En Chine aujourd’hui, s’efforcer de devenir une meilleure personne est souvent perçu comme un crime punissable par les tortures et passable de mort. C’est ce que démontre les 14 années de persécution subies par les pratiquants de Falun Gong sous le joug du parti communiste chinois.

Depuis le 20 juillet 1999, lorsque Jiang Zemin, alors dirigeant du PCC, a lancé la persécution, les pratiquants du Falun Gong ont sans cesse été confrontés à la menace d’être arrêtés, battus, torturés, envoyés dans des camps de travaux forcés et autres lieux de répression, ou encore de voir leurs organes prélevés pour alimenter un trafic illégal générateur de milliards de profits. Tout cela simplement pour avoir respecté les principes universels Authenticité-Bienveillance-Tolérance et s’être efforcés de devenir de meilleures personnes

Mais plutôt que de devenir des victimes, les pratiquants de Falun Gong ont soutenu un mouvement de résistance infatigable contre ce régime politique corrompu qui pense que détruire la dignité et la bonté humaines peut l’aider à maintenir son pouvoir total et son contrôle sur les citoyens chinois.

Bien que le PCC ait fait tout ce qui était en son pouvoir pour détruire le Falun Gong au cours de ces 14 dernières années, il n’a pas réussi. Les principes moraux élevés des pratiquants obtenus en respectant les principes et les enseignements du Falun Gong leur ont donné la force de résister avec dignité et honneur à cette persécution.

Chaque 20 juillet, les pratiquants de Falun Gong du monde entier expriment leur soutien aux pratiquants de Chine continentale et appellent l’humanité à prendre conscience des crimes commis par le Parti communiste chinois.

Voici quelques photos des activités des pratiquants organisées dans le monde entier.

PARIS, 20 juillet - Démonstration des exercices du Falun Gong (CHINA GAZE)

PARIS, 20 juillet – Démonstration des exercices du Falun Gong (CHINA GAZE)

WASHINGTON D.C, 20 juillet -  Défilé pour dénoncer la persécution du Falun Gong en Chine (CHINA GAZE)

WASHINGTON D.C, 20 juillet – Défilé pour dénoncer la persécution du Falun Gong en Chine (CHINA GAZE)

HONG KONG, 20 juillet - Les pratiquants de Falun Gong dénoncent les prélèvements forcés d'organes (CHINA GAZE)

HONG KONG, 20 juillet – Les pratiquants de Falun Gong dénoncent les prélèvements forcés d’organes (CHINA GAZE)

JAPON, 20 juillet – Défilé en mémoire des pratiquants de Falun Gong persécutés à mort (CHINA GAZE)

JAPON, 20 juillet – Défilé en mémoire des pratiquants de Falun Gong persécutés à mort (CHINA GAZE)

Version anglaise : The 14 Year Persecution of Falun Gong by the Communist Party of China (Photos)

Publicités

Une femme enceinte opposée à la loi de l’enfant unique en Chine obtient l’asile au Canada

Écrit par CHINA GAZE

Avec le soutien de la Cour fédérale du Canada, une femme enceinte de Chine continentale a reçu l'asile politique au Canada en raison de sa profonde peur de la politique de l'enfant unique toujours appliquée en Chine, bien qu'elle n'ait eu aucun enfant lorsqu'elle a introduit sa demande. (zeevveez/Flickr)

Avec le soutien de la Cour fédérale du Canada, une femme enceinte de Chine continentale a reçu l’asile politique au Canada en raison de sa profonde peur de la politique de l’enfant unique toujours appliquée en Chine, bien qu’elle n’ait eu aucun enfant lorsqu’elle a introduit sa demande. (zeevveez/Flickr)

Avec le soutien de la Cour fédérale du Canada, une femme enceinte de Chine continentale a reçu l’asile politique au Canada en raison de sa profonde peur de la politique de l’enfant unique toujours appliquée en Chine, bien qu’elle n’ait eu aucun enfant lorsqu’elle a introduit sa demande.

Selon le National Post, Yanxia Ye a reçu l’asile parce qu’elle avait extrêmement peur d’être forcée à porter un stérilet et de devoir subir des tests réguliers de grossesse pour éviter une grossesse illégale en Chine.

Mme Ye a expliqué qu’elle souhaite avoir une grande famille dans le futur. La Cour fédérale a décidé de lui accorder l’asile en raison des probabilités que la jeune femme subisse la persécution en Chine en raison de la politique chinoise de l’enfant unique.

Un précédent ?

La Commission de l’immigration et du statut de réfugiés a déjà approuvé la demande de nombreux réfugiés en raison de la politique de l’enfant unique en Chine. Les demandeurs sont généralement des couples ayant plus de deux enfants craignant d’être persécutés en rentrant en Chine.

Mme Ye en était au début de sa première grossesse lorsque elle et son mari Ronghui Shen sont arrivés au Canada en septembre 2011 et ont introduit leur demande.

En Chine, le couple a été personnellement témoin des conséquences subies par des membres de la famille proche n’ayant pas respecté la politique de l’enfant unique : les autorités chinoises ont par exemple stérilisé de force la mère, la tante et la cousine de M. Shen ainsi que la mère et la tante de Mme Ye.

Selon Dean Petrantonio, l’avocat de Mme Ye, le Ministère de la citoyenneté et de l’immigration a fait appel de l’approbation du statut de réfugié de Mme Ye accordé en 2012 par la Commission de l’immigration et du statut de réfugiés. Le Ministère craignait de voir une porte ainsi ouverte à de nombreuses demandes d’asile de citoyens chinois pour des situations similaires.

« Je pense que le ministre craint que cette affaire ne constitue un précédent, c’est-à-dire que les gens veuillent avoir des enfants. Aujourd’hui, même les couples sans enfants peuvent introduire une demande d’asile, » a expliqué M. Pietrantonio.

Mais il pense que le cas de Mme Ye est unique et la Commission de l’immigration et du statut de réfugiés pense que le couple souhaite sincèrement avoir plus d’enfants et doit être protégé de la persécution.

Le statut de réfugié du mari toujours en attente

Il n’existe aucune base légale pour les couples qui arrivent au Canada sans enfants, selon Nancy Caron, la porte-parole du département de l’immigration. « Selon la politique de l’enfant unique, Mme Ye ne risque pas d’être persécutée si elle est rapatriée en Chine, » a-t-elle dit.

Mais comme M. Shen ne risque pas de subir la même souffrance physique que son épouse, son statut est toujours en attente.

Selon le Ministère chinois de la santé, en mars 2013, le nombre d’avortements forcés était de 336 millions et le nombre de stérilisations forcées était de 196 millions.

Yanxia Ye a reçu l'asile parce qu'elle avait extrêmement peur d'être forcée à porter un stérilet et de devoir subir des tests réguliers de grossesse pour éviter une grossesse illégale en Chine (zeevveez/Flickr)

Yanxia Ye a reçu l’asile parce qu’elle avait extrêmement peur d’être forcée à porter un stérilet et de devoir subir des tests réguliers de grossesse pour éviter une grossesse illégale en Chine (zeevveez/Flickr)

Version anglaise : Pregnant Woman Opposed to One-Child Policy in China Gets to Stay in Canada

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/06/22/501952.html

Trucs et astuces des responsables communistes corrompus : où cacher l’argent sale

Écrit par CHINA GAZE

La banque coffre-fort : l'ancien directeur du département des affaires civiles de Shenzhen a rempli son coffre-fort haut de près d'un mètre avec tous les pots-de-vin qu'il avait reçu (Stew Dean/Flickr)

La banque coffre-fort : l’ancien directeur du département des affaires civiles de Shenzhen a rempli son coffre-fort haut de près d’un mètre avec tous les pots-de-vin qu’il avait reçu (Stew Dean/Flickr)

Le Quotidien du Peuple, journal officiel du régime chinois publiait un article le 3 juillet dernier intitulé « les cachettes préférées des responsables corrompus pour leur argent sale. » Cet article listait les endroits les plus incongrus utilisés par les responsables chinois corrompus pour y cacher leurs gains mal acquis.

1. La Banque à domicile. L’ancien directeur adjoint du Département du commerce extérieur du Hebei avait amassé plus de 47 millions de yuan (7,6 millions de dollars américains). Afin de stocker cette immense somme d’argent, l’homme a dépensé un demi-million de yuan pour acheter une maison discrète à Pékin pour la transformer en « résidence d’argent »

2. La banque coffre-fort. L’ancien directeur du département des affaires civiles de Shenzhen a rempli son coffre-fort haut de près d’un mètre avec tous les pots-de-vin qu’il avait reçu. Les enquêteurs ont dû envoyer trois véhicules de transport d’argent et cinq banquiers pour compter la totalité des billets. L’une des machines compteuses de billet est tombée en panne après avoir fonctionné trop longtemps sans interruption.

3. La banque étang. L’ancien gouverneur adjoint du canton de Mengyin, également appelé l’« homme le plus avide de Yimeng, » a déposé 5,6 millions de yuan (910 000 dollars américains) sur 37 comptes bancaires différents à Jinan et Mengyi en empruntant le nom de différents proches et membres de la famille. Il a enfermé ses livres de comptes, ses bijoux et autres lingots d’or dans une caisse à thé dans le fond de l’étang de son jardin.

4. La banque chasse au trésor. L’ancien directeur du département des céréales de la ville de Beipiao, province du Liaoning, a caché son argent partout où il pouvait. Les enquêteurs ont retrouvé 60 000 yuan dans un tiroir de son bureau et un certificat de dépôt de 540 000 yuan sous son lit. Il y avait aussi 120 000 yuan dans sa cave et près de 600 000 yuan dans le plafond de sa cuisine. Un livre de comptes présentant un actif de 400 000 yuan a été découvert dans une gouttière sur le balcon. Un autre livre de comptes de plus de 300 000 yuan a été retrouvé dans la chambre et les 300 000 derniers yuan dans le hall d’entrée

5. La banque ceinture. L’ancien vice-président du Comité central de Changshun, province du Guizhou, avait caché un livre de comptes révélant d’immenses sommes d’argent dans une ceinture créée spécialement à cet usage. Un jour, cette ceinture a été volée avec son pantalon. La fraude a été dénoncée lorsque le voleur a jeté le livre de comptes.

6. La banque toilettes. L’ancien directeur général de l’Institut des technologies des services logistiques de Huaihai avait reçu des pots-de-vin pour une somme totale de 390 000 yuan. Lorsque cette fraude a été découverte, il a caché son livre de comptes dans le conduit d’aération des toilettes pour dames à côté de son bureau.

7. La banque fosse septique. L’ancien directeur du département des constructions de la province du Jiangsu avait reçu des pots-de-vin pour près de 4 millions de yuan. Après avoir été dénoncé, il a emballé l’argent dans de nombreuses enveloppes plastiques et a semé celles-ci dans le tronc creux d’un arbre, dans des tas de cendres, des champs de coquelicots et même dans une fosse septique.

8. La banque non sécurisée. Le directeur adjoint d’une usine de Nanjing a été accusé de corruption. Il a ensuite caché plus d’un million de yuan dans une cuve de riz et une montre Rolex derrière un conditionneur d’air. Plus tard, il a senti que ces endroîts n’étaient pas sûrs et il a déménagé une partie de l’argent dans différents endroits du domicile de son beau-frère : dans le réfrigérateur, un sac de riz, une boîte de gâteaux de lune, une boîte de nouilles et sous le lit. Entretemps, il a été cacher ses certificats de dépôt d’une valeur de plus d’un million de yuan, des espèces et une montre Rolex dans un entrepôt.

9. La banque poubelle. L’ancien directeur du Bureau des autoroutes de Ganzhou enfermé 2,8 millions de yuans dans une serviette avec cadenas et a enterré cette serviette sous la poubelles de la maison de campagne de son frère. Il a également stocké plusieurs millions de yuan dans un réservoir d’essence.

10. La banque étang à poissons. Selon le Ta Kung Pao, un journal de Hong Kong, Wen Qiang, l’ancien directeur du Bureau de la justice de Chongqing, a caché son argent dans un étang à poissons proche de l’aéroport. Il aura fallu deux jours aux enquêteurs pour séparer l’emballage constitué de nombreuses couches de papier sulfurisé. Selon les enquêteurs, il y avait près de 20 millions de yuan. Chaque liasse de billet était soigneusement emballée de sorte qu’aucun des billets n’a été mouillé. Ils n’auraient pas pu trouver le magot s’ils n’avaient pas été informés de cette cachette. L’homme corrompu était un ancien de la police criminelle.

La banque étang à poissons. Selon le Ta Kung Pao, un journal de Hong Kong, Wen Qiang, l'ancien directeur du Bureau de la justice de Chongqing, a caché son argent dans un étang à poissons proche de l'aéroport (eamoncurry123/Flickr)

La banque étang à poissons. Selon le Ta Kung Pao, un journal de Hong Kong, Wen Qiang, l’ancien directeur du Bureau de la justice de Chongqing, a caché son argent dans un étang à poissons proche de l’aéroport (eamoncurry123/Flickr)

Version anglaise : Top 10 Tricks Corrupt Chinese Officials Used to Hide Their Money

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/07/06/503648.html

Des livres interdits deviennent des cadeaux de choix pour les responsables du Parti communiste chinois

Écrit par Xiuyi Lin, CHINA GAZE

Interdit en Chine communiste : Organes d'état, Abus de transplantations en Chine. Des livres interdits par les autorités communistes en Chine continentale sont devenus très recherchés par les touristes chinois, dont les responsables du Parti communiste chinois (Brad T/China Gaze)

Interdit en Chine communiste : Organes d’état, Abus de transplantations en Chine. Des livres interdits par les autorités communistes en Chine continentale sont devenus très recherchés par les touristes chinois, dont les responsables du Parti communiste chinois (Brad T/China Gaze)

Depuis que Hong Kong respecte la politique du tourisme libre, des livres interdits par les autorités communistes en Chine continentale sont devenus très recherchés par les touristes chinois, y compris les responsables du Parti communiste chinois, qui sont devenus des clients réguliers.

Les livres interdits en Chine deviennent souvent des cadeaux de choix pour les touristes venus de Chine continentale.

Une petite échoppe très populaire de la Baie de Causeway à Hong Kong a gagné sa réputation en vendant exclusivement depuis plus de 10 ans des livres interdits en Chine continentale.

Son propriétaire Ziqiang Deng explique que les gens cherchent de temps à autre des livres différents, principalement des livres ayant trait aux affaires courantes.

Par exemple, les livres écrits au sujet des scandales autour de Bo Xilai et son épouse Gu Kailai sont devenus très populaires depuis l’an dernier.

Les livres traitant du nouveau dirigeant chinois Xi Jinping et son second Li Keqiang ont battu des records de vente après qu’ils soient arrivés au pouvoir.

Un groupe de clients réguliers de Chine continentale a dépensé des milliers de dollars en achats de certains livres avant de demander comment ils pouvaient les faire passer sans encombre à la douane.

Ziqiang Deng a répondu qu’ils pourraient passer à la douane en montrant leur carte d’identité spéciale leur permettant de venir tous les deux ou trois mois à Hong Kong pour acheter différents livres.

Ces clients viennent au magasin simplement pour récolter quelques informations, puis ils commandent des caisses de livres qu’ils se font livrer à leur hôtel.

Selon le propriétaire du magasin, les livres interdits en Chine continentale deviennent des cadeaux de choix dès le premier jour de leur parution.

En Chine, il existe même une tradition d’offrir des cadeaux aux responsables du Parti communiste de Chine. Autrefois, la tendance était d’offrir des montres et des bijoux. Mais aujourd’hui, les livres deviennent de plus en plus populaires. Et les librairies de Hong Kong possèdent un système de notation permettant de classer les livres et autres ouvrages interdits, comme le magazine New Era, selon leur popularité et le nombre d’exemplaires vendus.

Une petite échoppe très populaire de la Baie de Causeway à Hong Kong a gagné sa réputation en vendant exclusivement depuis plus de 10 ans des livres interdits en Chine continentale. Ci-dessus : Une réplique du livre Neuf commentaires sur le Parti communiste (Epoch Times)

Une petite échoppe très populaire de la Baie de Causeway à Hong Kong a gagné sa réputation en vendant exclusivement depuis plus de 10 ans des livres interdits en Chine continentale. Ci-dessus : Une réplique du livre Neuf commentaires sur le Parti communiste (Epoch Times)

Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/10/banned-books-become-hot-gifts-for-communist-party-of-china-officials