Archives pour la catégorie Arts

Les tambours de guerre chinois

Aujourd'hui, ces tambours de guerre sont devenus des instruments de l'art folklorique. Leur puissante force de résonance continue d'éveiller les esprits héroïques (Autorisation de Shen Yun Performing Arts)

Aujourd’hui, ces tambours de guerre sont devenus des instruments de l’art folklorique. Leur puissante force de résonance continue d’éveiller les esprits héroïques (Autorisation de Shen Yun Performing Arts)

Les tambours de guerre chinois, autrefois utilisés sur les champs de bataille, étaient employés pour diriger et encourager les armées. Différents rythmes dirigeaient les soldats en différentes formations, avec un rythme d’attaque, un rythme de retraite,…

Aujourd’hui, ces tambours de guerre sont devenus des instruments de l’art folklorique. Leur puissante force de résonance continue d’éveiller les esprits héroïques. Ces tambours chinois sont caractérisés par des rythlmes francs et une dynamique clairement définie. Ils sont utilisés principalement pour exprimer l’esprit du peuple chinois.

Version anglaise : Chinese War Drums

Article original : http://fr.shenyun.com/learn/article/read/item/Dxecz_LHBms/level-one/iRMh_D7SX58/level-two/ZueaiKa2IR0

La pivoine dans la peinture chinoise

CHINA GAZE

« Pivoine », Yun Shouping, Dynastie Qing

« Pivoine », Yun Shouping, Dynastie Qing

La pivoine, aussi appelée reine des fleurs a longtemps été considérée dans la culture chinoise comme un symbole de richesse, de chance, de bonheur et de prospérité. C’est un thème récurrent de la peinture chinoise. Les pivoines sont non seulement belles, elle dégagent aussi un fort parfum. Pour ces raisons, les pivoines étaient souvent décrites par les artistes chinois.

La première peinture de pivoine semble avoir été réalisée par Yang Zihua de la Dynastie Qing du nord. À l’époque moderne, les maîtres de la peinture utilisent un style plus concis, comme Qi Baishi, qui a peint des pivoines remplies de vitalité en quelques coups de brosse.

« Pivoines et colombes », Chen Zhifo

« Pivoines et colombes », Chen Zhifo

« De belles fleurs en floraison », Qi Baishi

« De belles fleurs en floraison », Qi Baishi

« Pivoine », Zhao Zhiqian, Dynastie Qing

« Pivoine », Zhao Zhiqian, Dynastie Qing

« Prospérité et longévité », Qi Baishi

« Prospérité et longévité », Qi Baishi

« Pivoine et pies », Wang Li, Dynastie Qing

« Pivoine et pies », Wang Li, Dynastie Qing

« Pivoine », Huang Shanshou

« Pivoine », Huang Shanshou

« Pivoine blanche », Zhang Daqian

« Pivoine blanche », Zhang Daqian

Version anglaise : The peony in Chinese painting

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/08/03/16/236194.html

Les peintures chinoises de Guiseppe Castiglione (2ème partie)

Écrit par CHINA GAZE

Yangquelong, volière des paons, porte ouest

Yangquelong, volière des paons, porte ouest

Guiseppe Castiglione, aussi connu sous le nom chinois Lang Shining (1688-1766), était un missionnaire jésuite devenu peintre attitré de l’Empereur Yongzhen au cours de la Dynastie Qing. Il a grandement influencé la peinture chinoise, notamment en concevant et en embellissant l’ancien Palais d’été (Yuanmingyuan) qui a servi à plusieurs empereurs chinois avant d’être détruit dans un incendie en 1860 au cours de la seconde Guerre d’opium.

Galerie Haiyan

Galerie Haiyan

Wanhua Zhen, le labyrinthe aux 10 000 fleurs

Wanhua Zhen, le labyrinthe aux 10 000 fleurs

Xieqiqu, la fontaine

Xieqiqu, la fontaine

Dashuifa, les jets d'eau

Dashuifa, les jets d’eau

Fangwaiguan, la résidence de la concubine

Fangwaiguan, la résidence de la concubine

Les 12 mois joyeux de l’Empereur Yongzheng à Yuanmingyuan

voici douze panneaux décrivant comment l’Empereur Yongzheng et ses enfants aimaient passer leur temps à l’ancien Palais d’été. Ces panneaux de teinte gingembre étaient une façon d’exprimer l’idée selon laquelle « Le territoire de l’Empereur s’étend partout. »

Janvier

Janvier

Février

Février

Mars

Mars

Avril

Avril

Mai

Mai

Juin

Juin

Juillet

Juillet

Aout

Aout

Septembre

Septembre

Octobre

Octobre

Novembre

Novembre

Décembre

Décembre

Article lié : Les peintures chinoises de Guiseppe Castiglione (1ère partie)

Version anglaise : Giuseppe Castiglione’s Chinese Painting (Part 2)

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/02/27/487939.html

Les peintures chinoises de Guiseppe Castiglione (1ère partie)

Écrit par CHINA GAZE

Giuseppe Castiglione était un Frère jésuite italien, missionnaire en Chine et peintre à la Cour royale de l'Empereur grâce à  sa grande sensibilité à la peinture chinoise.

Giuseppe Castiglione était un Frère jésuite italien, missionnaire en Chine et peintre à la Cour royale de l’Empereur grâce à sa grande sensibilité à la peinture chinoise.

Giuseppe Castiglione (19 juillet 1688 – 17 juillet 1766) était un Frère jésuite italien, missionnaire en Chine et peintre à la Cour royale de l’Empereur grâce à sa grande sensibilité à la peinture chinoise.

En 1715, Guiseppe Castiglione partit en Chine comme missionnaire. Pendant son séjour en Chine, il emprunta le nom Lang Shining (郎世寧). Ses talents de peintre furent apprécié de l’Empereur Qianlong et il passa de nombreuses années à la Cour pour peindre divers sujets, dont des portraits de l’empereur, de l’impératrice et des concubines impériales.

Il s’impliqua également dans la création d’un jardin impérial de style occidental pour l’ancien Palais d’été (Yuanmingyuan) qui fut plus tard détruit par le feu en 1860 au cours de la Seconde Guerre de l’Opium.

La peinture de Guiseppe Castiglione influença les peintres de la Cour des Qing et un nouveau style de peinture, combinant des méthodes à la fois chinoises et occidentales, vit le jour.

Guiseppe Castiglione passa plus de 50 ans à peindre la vie en Chine sous trois empereurs Qing successifs : Kangxi, Yongzheng et Qianlong. Ce talentueux artiste, architecte et missionnaire jésuite mourut à Pékin.

Voici une courte présentation des œuvres chinoises de Giuseppe Castiglione

八駿圖 (Huit destriers)

八駿圖 (Huit destriers)

聚瑞圖 (Un bouquet de bonne augure)

聚瑞圖 (Un bouquet de bonne augure)

乾隆帝朝服像 (L'Epereur Qianlong en habit de cour)

乾隆帝朝服像 (L’Empereur Qianlong en habit de cour)

纯惠皇贵妃朝服像 (Chunhui, concubine impériale en habit de cour)

纯惠皇贵妃朝服像 (Chunhui, concubine impériale en habit de cour)

平安春信图 (Message de paix au printemps)

平安春信图 (Message de paix au printemps)

牡丹圖 (Tableau de pivoines)

牡丹圖 (Tableau de pivoines)

Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/10/giuseppe-castigliones-chinese-painting-part-1

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/02/27/487939.html

La légende des lanternes chinoises

Écrit par Lu Lu, CHINA GAZE

Chaque année, au cours de la Fête des lanternes, qui tombe le 15ème jour du premier mois lunaire, les gens accrochent des lanternes rouges pour créer une atmosphère festive, les lanternes étant un symbole de réunion. (Marufish/Flickr)

Chaque année, au cours de la Fête des lanternes, qui tombe le 15ème jour du premier mois lunaire, les gens accrochent des lanternes rouges pour créer une atmosphère festive, les lanternes étant un symbole de réunion. (Marufish/Flickr)

Les lanternes chinoises, aussi appelées lanternes colorées, sont nées en Chine il y a près de 1 800 ans au cours de la Dynastie des Han de l’ouest. Chaque année, au cours de la Fête des lanternes, qui tombe le 15e jour du premier mois lunaire, les gens accrochent des lanternes rouges pour créer une atmosphère festive, car les lanternes sont un symbole de réunion. Depuis la Dynastie des Han de l’ouest, les lanternes chinoises sont utilisées lors de toutes les occasions joyeuses au sein de la communauté chinoise.

On trouve différents types de lanternes chinoises comme les lanternes palais, les lanternes shadeng en gaze, les lanternes swag et bien d’autres encore.

Sur ces lanternes chinoises apparaissent de nombreuses formes de décoration qui peuvent êtres classées en motifs figuratifs comme les paysages, les fleurs et les oiseaux, les dragons et les phénix, les poissons et les insectes. Des scènes de vies peuvent aussi être dépeintes tout autour de la lanterne pour le divertissement des gens.

Les formes des lanternes varient également. La lanterne la plus traditionnelle a une forme ovale et est de couleur rouge, décorée de pompons dorés. Ce modèle traditionnel apparaît parfois en forme carrée.

Les matériaux utilisés pour la fabrication de la lanterne chinoise varient également. Le plus souvent, le support est construit en bambou, en bois, en rotin et en fil de fer. L’abat-jour est fait de soie ou de papier semi-transparent. Les décorations sont appliquées selon différentes méthodes : calligraphie, peinture, broderie et papier découpé.

En plus d’apporter de la lumière et une atmosphère spéciale le soir et la nuit, les lanternes chinoises portent également une dimension symbolique. Selon Wu Dunhou, un spécialiste taiwanais, les lanternes palais utilisées lors des mariages symbolisent la fête joyeuse, tandis que les lanternes aux supports de bambou ont une connotation funéraire.

Toujours selon Wu Dunhou, les lanternes parasol portant des noms de famille représentent l’abondance pour les membres masculins d’une famille parce que le son du mot « lanterne » en mandarin est similaire à celui de « hommes de la famille ». Dans le passé, chaque famille accrochait des lanternes portant des noms de famille aux corniches et dans les salles à manger.

Dans l’antiquité chinoise, lorsque l’école commençait le premier mois lunaire de l’année, les parents préparaient une lanterne pour leurs enfants, qui était ensuite allumée par les enseignants pour symboliser un avenir brillant pour l’année à venir. Cette cérémonie d’allumer une lanterne a évolué et est devenu une coutume de porter des lanternes tout le long de la Fête des lanternes.

Pendant la période Kaiyuan de la Dynastie Tang, les gens fabriquaient des lanternes en forme de dragon pour célébrer la paix et la prospérité. (ocad123/Flickr)

Pendant la période Kaiyuan de la Dynastie Tang, les gens fabriquaient des lanternes en forme de dragon pour célébrer la paix et la prospérité. (ocad123/Flickr)

La Fête des lanternes

La coutume d’admirer des lanternes au cours de cette fête remonte aux premiers jours de la Dynastie Han. Au cours de la période Kaiyuan de la Dynastie Tang, les gens fabriquaient des lanternes en forme de dragon pour célébrer la paix et la prospérité. Depuis, la culture des lanternes s’est largement popularisée.

Lorsque Zhu Yuanzhang de la Dynastie Ming a installé la capitale chinoise à Nanjing, des dizaines de milliers de lanternes ont été lancées le long de la rivière Qinghuai. Au cours du règne de l’Empereur Yongle, en plus d’élever le lampadaire de Dali Bie Shan à la Porte du milieu, il a également établi un marché aux lanternes devant la Porte Hua. Et à Pékin aujourd’hui, une rue porte le nom Dengshikou, ce qui signifie « marché aux lanternes ».

Les légendes de l’origine de la Fête des lanternes

De nombreuses légendes entourent l’origine de la Fête des lanternes. Voici la plus populaire d’entre elles. La coutume d’exposer des lanternes lors de cette fête remonte à la Dynastie des Han de l’Est. L’Empereur Mingdi était un bouddhiste pieux. Un jour, il a appris l’existence de la tradition d’allumer des lanternes pour vénérer le Bouddha le 15e jour du premier mois lunaire. Dans le but de promouvoir le bouddhisme, l’Empereur a ordonné à tous ses sujets de présenter des lanternes allumées chez eux ce soir-là, en plus de toutes celles allumées dans les palais et les temples. Ainsi, une tradition bouddhiste est progressivement devenue une fête populaire.

L’origine des lanternes palais pourrait être celle-ci. Au cours de la période Yongzheng de la Dynastie Qing, un vieil homme de la province du Hebei était très habile dans la construction des lanternes. Ce vieil homme avait construit plusieurs lanternes et les vendait sur le marché du canton de Gaocheng. Un jour, le magistrat du canton qui se baladait sur le marché, admira les lanternes du vieil homme et les acheta toutes d’un coup.

Les lanternes fabriquées par ce vieil artisan étaient vraiment uniques avec une finition affinée. Le magistrat les aimait tellement qu’il les considérait comme un trésor.

La même année devait être prélevé le tribut pour l’empereur et le magistrat se défit avec peine de plusieurs lanternes pour les offrir en cadeau à l’empereur.

L’empereur s’enthousiasma vivement à la vue de ces lanternes. Non seulement, il récompensa généreusement le magistrat, mais l’empereur reconnut ces lanternes comme tribut. Il suspendit ces lanternes rouges dans tout le palais. C’est ainsi qu’elles reçurent le nom de lanternes palais.

Lors de la Dynastie Qing, ces lanternes rouges étaient suspendues dans tout le palais. C'est ainsi qu'elles reçurent le nom de lanternes palais.  (j.kunst/Flickr)

Lors de la Dynastie Qing, ces lanternes rouges étaient suspendues dans tout le palais. C’est ainsi qu’elles reçurent le nom de lanternes palais. (j.kunst/Flickr)

Les lanternes chinoises aujourd’hui

Bien que les lanternes chinoises aient avant tout une fonction esthétique, elles sont toujours fabriquées et utilisées par les Chinois d’aujourd’hui. Comme autrefois, ces lanternes ont gardé leur dimension artistique et servent à éclairer et décorer.

Dans les rues des grandes villes comme des petits villages de Chine, des lanternes rouges dressent le décor des fêtes comme le nouvel An chinois, la Fête de la mi-automne et la Fête des lanternes.

Pour voir les plus belles expositions de lanternes traditionnelles, il faut aller à Pékin, Hong Kong et Nanjing. À Pékin, des fêtes traditionnelles ont lieu dans de nombreux endroits et les lanternes chinoises peuvent être admirées un peu partout.

Bien que les lanternes chinoises aient avant tout une fonction esthétique, elles sont toujours fabriquées et utilisées par les Chinois d'aujourd'hui (ocad123/Flickr)

Bien que les lanternes chinoises aient avant tout une fonction esthétique, elles sont toujours fabriquées et utilisées par les Chinois d’aujourd’hui (ocad123/Flickr)

Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/02/the-legend-of-the-chinese-lantern-and-the-chinese-lantern-festival