Archives pour la catégorie Actualités

La Chine investit 1,1 milliards de dollars au Nigeria

Écrit par Tyler Falk, SMART PLANET

Selon le journal International Business Times, malgré les difficultés à déterminer exactement les investissements globaux de la Chine en Afrique, on estime que la Chine a investi, en investissements directs étrangers, en aides au développement et crédits d'exportations, plus de 30 milliards de dollars par an ces cinq dernières années. (Flickr/airpanther)

Selon le journal International Business Times, malgré les difficultés à déterminer exactement les investissements globaux de la Chine en Afrique, on estime que la Chine a investi, en investissements directs étrangers, en aides au développement et crédits d’exportations, plus de 30 milliards de dollars par an ces cinq dernières années. (Flickr/airpanther)

Il y a moins de 3 semaines, le président américain Barack Obama se rendait en Afrique où il a annoncé un plan d’investissement énergétique de 7 milliards de dollars et a encouragé la compétition au développement sur le continent. « Je veux que tout le monde participe, » avait-il dit.

Il n’aura pas fallu longtemps à la Chine pour montrer sa participation avec un investissement au Nigeria. Mercredi dernier, la Chine a en effet annoncé un investissement de 1,1 milliard de dollars dans les infrastructures nigérianes, sous la forme de prêt à faible intérêt. Selon le groupe d’informations Al Jazeera, ce prêt devrait aider à financer les terminaux aéroportuaires de quatre villes, une ligne de métro léger dans la capitale Abuja, des routes et des infrastructures énergétiques. Tout cela en plus des 1,7 milliard de dollars de contrats signés par des entreprises chinoises pour construire les routes du pays.

Pourquoi la Chine investit-elle autant au Nigeria ? C’est bien sûr l’un des plus grands pays producteurs de pétrole au monde et le plus grand pays d’Afrique. Et la consommation mondiale de pétrole devant battre des records dans les années à venir, la Chine en tête ne pourra jamais avoir trop d’alliés dans les pays pétroliers.

Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle la Chine investit des milliards de dollars au Nigeria. C’est aussi le pays le plus peuplé d’Afrique et la Chine se tourne vers le continent africain dans l’espoir d’élargir son marché de consommateurs.

Les sommes d’argent investies par la Chine en Afrique pour réaliser ses objectifs sont absolument stupéfiantes. Selon le International Business Times, malgré les difficultés à déterminer exactement les investissements globaux de la Chine en Afrique, on estime que la Chine a investi, en investissements directs étrangers, en aides au développement et crédits d’exportations, plus de 30 milliards de dollars par an ces cinq dernières années.

Selon Al Jazeera, l'investissement de la Chine au Nigeria devrait aider à financer les terminaux aéroportuaires de quatre villes, une ligne de métro léger dans la capitale Abuja, des routes et des infrastructures énergétiques. (afromusing/Flickr)

Selon Al Jazeera, l’investissement de la Chine au Nigeria devrait aider à financer les terminaux aéroportuaires de quatre villes, une ligne de métro léger dans la capitale Abuja, des routes et des infrastructures énergétiques. (afromusing/Flickr)

Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/16/china-investment-in-nigeria-of-1-1-billion-in-infrastructure

Avec l’autorisation de : Smart Planet

Les douanes américaines renvoient des femmes chinoises enceintes vers la Chine

Écrit par CHINA GAZE

Les douanes américaines ont récemment renvoyé des femmes enceintes chinoises vers la Chine alors qu'elles voulaient entrer aux États-Unis. (molly_darling/Flickr)

Les douanes américaines ont récemment renvoyé des femmes enceintes chinoises vers la Chine alors qu’elles voulaient entrer aux États-Unis. (molly_darling/Flickr)

Les douanes américaines ont récemment renvoyé des femmes enceintes chinoises vers la Chine alors qu’elles voulaient entrer aux États-Unis. Bien que la loi américaine sur l’immigration n’interdise pas aux femmes étrangères enceintes d’entrer aux États-Unis, les douanes américaines se concentrent actuellement sur la tendance des femmes étrangères enceintes à venir délibérément donner naissance dans le pays.

L’attitude des services de douanes et de protection des frontières américaines envers les femmes étrangères enceintes est passée de « pas d’interférence » à « imposer un interrogatoire dès qu’une femme est susceptible d’être enceinte. »

Récemment, de nombreuses femmes enceintes possédant un visa touristique n’ont été autorisées à rester que quelques semaines, bien moins longtemps que ce que n’autorisent les visas touristiques habituels. Des femmes enceintes ont également été interrogées et rapatriées le même jour par l’avion suivant.

Le matin du 19 juin, Wu Xiaoyun, une femme enceinte, est arrivée de Pékin à l’aéroport de Seattle et elle a été renvoyée la nuit même. Un agent des douanes chinoises l’a gentiment réconfortée en disant : « Les douanes de Seattle renvoient de nombreuses femmes enceintes chaque jour, vous n’êtes pas un cas isolé. »

Mme Su, une autre femme enceinte qui voyageait avec elle, a également été renvoyée. Deux autres femmes enceintes qui voyageaient dans le même avion ont été conduites dans une petite pièce où elles ont été interrogées.

Selon un agent de Los Angeles, il n'est pas approprié qu'une femme enceinte vienne accoucher aux États-Unis en se présentant comme une touriste, ce qui mobilise des ressources et des médecins dans les hôpitaux. (raebrune/Flickr)

Selon un agent de Los Angeles, il n’est pas approprié qu’une femme enceinte vienne accoucher aux États-Unis en se présentant comme une touriste, ce qui mobilise des ressources et des médecins dans les hôpitaux. (raebrune/Flickr)

L’agent des douanes chinoises leur a aussi raconté qu’ils avaient récemment reçu un avis international demandant d’interroger toutes les femmes étrangères enceintes pour savoir si elles se rendent aux États-Unis avec l’intention de donner naissance. « Surtout pour les femmes qui sont enceintes de plus de cinq mois, il est très difficile d’entrer aux États-Unis maintenant, » a-t-il commenté.

Selon les services de douanes et de protection des frontières de Seattle, les femmes enceintes ont de fortes chances d’êtres interrogées à leur arrivée. Si une femme enceinte arrive aux États-Unis avec l’intention de donner naissance, les autorités américaines ont le droit de la rapatrier.

Un agent des douanes et frontières de Los Angeles a commenté que les chances d’entrée d’une femme enceinte aux États-Unis sont directement liées au terme de sa grossesse. « Plus on se rapproche du terme, plus il existe de chances qu’elle soit interrogée et plus il y a de chances qu’elle soit rapatriée. »

Mais cet agent a refusé de dire comment une femme enceinte est repérée et invitée à être interrogée.

Selon un agent de Los Angeles, il n’est pas approprié qu’une femme enceinte vienne accoucher aux États-Unis en se présentant comme une touriste, ce qui mobilise des ressources et des médecins dans les hôpitaux. « Pourquoi ne peuvent-elles pas accoucher dans leur propre pays ? »

Aux femmes enceintes possédant des espèces et des preuves de revenus entrant aux États-Unis en déclarant qu’elles couvriront elles-mêmes les frais médicaux, les services des douanes et frontières répondent : « Même si elles déclarent pouvoir couvrir les frais, nous ne pouvons pas voir ni contrôler leur comportement une fois qu’elles sont entrées. »

Ni les douanes de Los Angeles ni celles de Seattle n’ont pourtant confirmé l’interdiction d’entrer aux États-Unis pour les femmes étrangères enceintes de plus de cinq mois.

Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/08/u-s-customs-sending-chinese-pregnant-women-back-to-china

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/06/22/501890.html

Défiant le vent et la pluie, 430  000 manifestants à Hong Kong ont demandé la pleine démocratie

Écrit par Li Mingyue, CHINA GAZE

Le 1er juillet 2013 a marqué le 16ème anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine. Près d'un demi million de personnes sont descendues dans les rues, bravant les pluies diluviennes et les vents déchaînés pour exiger le suffrage universel et la démission du chef de l'exécutif Leung Chunying, un an après sa prise de fonction (Li Xiaolang/China Gaze)

Le 1er juillet 2013 a marqué le 16ème anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine. Près d’un demi million de personnes sont descendues dans les rues, bravant les pluies diluviennes et les vents déchaînés pour exiger le suffrage universel et la démission du chef de l’exécutif Leung Chunying, un an après sa prise de fonction (Li Xiaolang/China Gaze)

Le 1er juillet 2013 a marqué le 16ème anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine. Selon les médias chinois, près d’un demi million de personnes sont descendues dans les rues, bravant les pluies diluviennes et les vents déchaînés pour exiger le suffrage universel et la démission du chef de l’exécutif Leung Chunying, un an après sa prise de fonction.

Cette année, Hong Kong a traversé une période sans précédent de crise et de chaos. La liberté d’expression du territoire a été menacée par une série d’incidents violents visant les médias et différents groupes religieux et spirituels.

De nombreuses célébrités se sont joints au défilé. Madame Chen fang Ansheng, ancienne dirigeante du bureau gouvernemental de Hong Kong, l’avocat Li Zhuming, ancien dirigeant du Parti démocrate, Chen Rejun, ancien dirigeant de l’église catholique de Hong Kong et Li Zhiying, président du journal Apple de Hong Kong, ont exprimé leur soutien envers les attentes du peuple de Hong Kong

Marche annuelle lors de l’anniversaire de la rétrocession de Hong Kong

Le défilé du 1er juillet à Hong Kong marque la rétrocession de la colonie britannique à Hong Kong qui a eu lieu en 1997. Les manifestations pacifiques sont devenues un point de rassemblement des militants pro-démocratie. La marche annuelle avait déjà attiré l’attention publique en 2003 lorsque 500  000 personnes s’étaient rassemblées pour manifester contre l’Article 23, une proposition de loi sur la sécurité nationale. L’Article 23 avait été repoussé et deux responsables politiques avaient démissionné.

Les voix criant «Leung Chun Ying, démission!» et «À bas le PCC!» ont persisté malgré la pluie (Li Xiaolang/China Gaze)

Les voix criant «Leung Chun Ying, démission!» et «À bas le PCC!» ont persisté malgré la pluie (Li Xiaolang/China Gaze)

Malgré la pluie, Anson Chan (au centre) surnommée « la conscience de Hong Kong » a participé au défilé avec sa fille et le démocrate Lee Wing-tat (à gauche) (Li Xiaolang/China Gaze)

Malgré la pluie, Anson Chan (au centre) surnommée « la conscience de Hong Kong » a participé au défilé avec sa fille et le démocrate Lee Wing-tat (à gauche) (Li Xiaolang/China Gaze)

Leung Kwok-hung, member du Conseil législatif de Hong Kong, n'a pas été intimidé par les lettres de manages reçues avant ce her juillet et a participé au défilé come prévu pour souvenir le people de Hong Kong (Li Xiaolang/China Gaze)

Leung Kwok-hung, member du Conseil législatif de Hong Kong, n’a pas été intimidé par les lettres de menaces reçues avant ce 1er juillet et a participé au défilé comme prévu pour souvenir le peuple de Hong Kong (Li Xiaolang/China Gaze)

Chu Yiu-ming, l'un des rassembleurs d'Occupying Central, encourage les manifestants (Li Xiaolang/China Gaze)

Chu Yiu-ming, l’un des rassembleurs d’Occupying Central, encourage les manifestants (Li Xiaolang/China Gaze)

Martin Lee Chu-ming (à gauche) fondateur du Parti démocrate, a rassemblé les dons pour le Centre du front pour les droits civils (Li Xiaolang/China Gaze)

Martin Lee Chu-ming (à gauche) fondateur du Parti démocrate, a rassemblé les dons pour le Centre du front pour les droits civils (Li Xiaolang/China Gaze)

Joseph Zen (droite) a rassemblé les dons pour le Centre du Front des droits civils et a serré la main des donateurs pour les remercier (Li Xiaolang/China Gaze)

Joseph Zen (droite) a rassemblé les dons pour le Centre du Front des droits civils et a serré la main des donateurs pour les remercier (Li Xiaolang/China Gaze)

 Cai Yongmei, rédactrice en chef du magazine «Open» a organisé un stand de rue pour promouvoir son nouveau livre « Siège en juillet » auprès des manifestants (Li Xiaolang/China Gaze)

Cai Yongmei, rédactrice en chef du magazine «Open» a organisé un stand de rue pour promouvoir son nouveau livre « Siège en juillet » auprès des manifestants (Li Xiaolang/China Gaze)

protesters-in-hong-kong-08

protesters-in-hong-kong-09

protesters-in-hong-kong-10

protesters-in-hong-kong-11

protesters-in-hong-kong-12

protesters-in-hong-kong-13

protesters-in-hong-kong-15

protesters-in-hong-kong-16

protesters-in-hong-kong-24

protesters-in-hong-kong-23

protesters-in-hong-kong-22

protesters-in-hong-kong-21

protesters-in-hong-kong-20

protesters-in-hong-kong-19

protesters-in-hong-kong-18protesters-in-hong-kong-17
Version anglaise : http://www.chinagaze.com/2013/07/03/china-news-protesters-in-hong-kong-urge-chief-executive-to-resign/

Version chinoise : http://www.secretchina.com/news/13/07/01/503053.html